Éducation sexuelle, cœurs brisés et santé mentale

La santé sexuelle, c’est plus que quelques parties du corps. Les jeunes avec lesquels je travaille comprennent cela instinctivement.

À titre d’animatrice en matière de sexualité et de santé génésique au Sexuality Education Resource Centre Manitoba, je travaille à divers projets dont un s’adressant aux jeunes nouveaux arrivants à Winnipeg. Intitulé « Our Families Can Talk About Anything » [« Nos familles peuvent parler de n’importe quoi »], ce projet rassemble des parents et des jeunes de familles nouvellement arrivées pour discuter de sexualité et de santé sexuelle et pour créer des ponts de communication sur ces sujets.

Lors de ces ateliers pour jeunes nouveaux arrivants, nous consacrons autant de temps aux discussions sur les cœurs brisés, les relations avec les parents et le consentement qu’à celles sur les vagins, les condoms et les ITS. La sexualité est un aspect complexe et dynamique de la nature humaine; toutes ses dimensions physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles se recoupent.

Je suis certaine que j’ai le meilleur travail de la province. J’ai la chance d’animer des ateliers et des discussions sur la santé sexuelle auprès de nouveaux arrivants qui jonglent avec les défis d’être jeunes à Winnipeg en 2018, d’apprendre à se connaître tout en devenant adultes et d’être les enfants de parents qui ne les comprennent peut-être pas. Ajoutons à cela les pressions et le stress de la puberté, des médias sociaux et des coups de foudre dans les corridors de l’école. C’est beaucoup à naviguer.

Dans ce portrait général, il est évident que la santé mentale joue un rôle crucial. Notre cœur, notre esprit et notre corps sont tous connectés.

Lors de nos séances, les jeunes parlent de relations avec les parents et de quête d’indépendance. Nous explorons les identités LGBT2SQ*, le respect de la diversité et les intersections avec les croyances religieuses. Nous échangeons sur le consentement, le harcèlement de rue et les relations violentes. Nous abordons l’image corporelle, l’image de soi et l’estime. Nous décortiquons les subtilités des prises de décisions, de la confiance en soi et des situations où il faut faire confiance aux autres. Nous discutons de ce que signifie le respect, celui de notre corps et celui du corps des autres. Nous parlons du racisme, de l’adaptation culturelle, de l’intimidation et de la communauté; des choix contraceptifs, des ITS et de la science du corps.

Nous parlons également des cœurs brisés. S’il y a une chose que j’aimerais vous communiquer pleinement, ce sont ces formidables conversations à propos des cœurs brisés. Les jeunes comprennent que la santé mentale est rattachée à la santé physique. Le cœur et les sentiments affectent directement les pensées et les actions. Les jeunes parlent avec éloquence du deuil d’une relation et des stratégies qu’ils se créent pour sortir du lit les matins où ils sont si tristes qu’ils peinent à respirer. Ils connaissent la douleur des ruptures et sentent le nuage qui plane au-dessus de leur tête pendant des mois, voire des années. Ils savent que le cœur et l’esprit sont connectés; ils travaillent fort à trouver des moyens de s’adapter.

Nous ne pouvons nous permettre d’ignorer les dimensions mentales, émotionnelles et spirituelles de la santé sexuelle. Parler de notre corps séparément de nos relations, de nos pensées et de nos sentiments, ce serait passer à côté d’une grande partie de l’histoire.

La femme de 16 ans qui demande des condoms parce qu’elle se sent poussée à avoir des relations sexuelles avec son copain (un copain dont elle ne peut parler à ses parents, car ceux-ci refusent qu’elle ait des fréquentations avant l’âge de 18 ans) subit d’énormes pressions de part et d’autre dans sa vie. Nous l’informons qu’elle peut se procurer des contraceptifs, et nous accompagnons ceux-ci d’information sur ses droits sexuels, sa valeur inhérente, sa capacité d’utiliser son corps de la manière qu’elle juge optimale, et sur ce à quoi ressemble une relation saine. La distribution de contraceptifs est importante, mais ce n’est pas la seule partie de la santé sexuelle à laquelle il faut porter attention; tous les aspects sont interreliés.

La santé sexuelle, c’est plus que quelques parties du corps. C’est l’interaction des aspects mental, physique, émotionnel et spirituel dans le contexte de notre sexualité et de notre compréhension de soi. C’est la santé mentale, les droits génésiques, l’accès à la contraception, le consentement, le corps, les relations saines, l’image corporelle, l’abolition du patriarcat, la justice sociale et tous les facteurs qui affectent notre corps et nos relations.

On ne peut séparer l’aspect physique du mental ou du spirituel; ça n’aurait pas de sens. Une éducation efficace en matière de santé sexuelle englobe tous les aspects de la sexualité, et c’est notre devoir d’offrir aux jeunes les compétences dont ils ont besoin pour composer efficacement avec tout ce qui se passe Entre le corps et l’esprit.