Hot Wheels

Pour moi, être positif à la sexualité et au corps, c’est essentiellement célébrer la différence. En vérité, tous les corps peuvent être confiants; avec cette confiance, la positivité au sexe est une force remarquable. Ayant grandi dans ce que plusieurs appelleraient un corps non conventionnel, ma quête de positivité est devenue un aspect déterminant de qui je suis.

J’ai la chance d’être né avec un important handicap physique – la paralysie cérébrale, pour les plus techniques –, ce qui signifie que je fais la plupart des choses différemment de la plupart des gens. Je sors du lit différemment, je prends ma douche différemment et je fais même mes besoins différemment. J’ai toujours aimé faire les choses autrement, car ça me rend au moins un peu spécial. Et puis il y a le sexe. Pendant des années j’ai cru qu’il y avait une seule façon de faire, et que les limites de mon corps impliquaient que je n’y excellais pas vraiment. Pour être honnête, je n’y trouvais pas de plaisir. Et puis j’ai compris que je faisais ces choses-là différemment aussi, et que non seulement j’aimais vraiment ça, mais que j’étais vraiment doué.

J’ai eu cette illumination le jour où j’ai cessé de m’apitoyer sur les limites que mon handicap posait à ma vie sexuelle, pour m’intéresser aux parties de mon corps sur lesquelles je comptais déjà depuis des années. J’ai un registre vocal complet, ce qui veut dire que ma langue est tout à fait apte. Deux doigts de ma main gauche sont fonctionnels – utilisés de la bonne façon… vous voyez ce que je veux dire. Mon handicap implique que j’utilise régulièrement ce que je considère comme étant le jouet sexuel par excellence : un fauteuil roulant électrique à dossier inclinable, avec de nombreux accessoires.

À plusieurs égards, mon handicap est un énorme avantage pour jouir d’une vie sexuelle stimulante. Premièrement, il incite à la créativité, ce qui n’est jamais une mauvaise chose à mon avis. J’ai été créatif toute ma vie, et la chambre à coucher ne fait pas exception. Deuxièmement, il favorise la communication avec ma partenaire. Nous n’avons pas eu le choix de parler, ce qui a rendu le sexe encore meilleur et plus intime. Finalement, mon handicap m’a appris à ne jamais rien tenir pour acquis, et à apprécier de donner du plaisir autant que d’en recevoir – un autre point positif.

J’admets que mon parcours de « ouf, ce n’est pas fameux » à « wow, je suis bon » n’a pas été facile. Il m’a fallu beaucoup de temps et une partenaire qui était prête à explorer les plaisirs du sexe non traditionnel avec moi. Mais en cours de route, j’ai soudainement compris la vérité incontournable au sujet du sexe et de la sexualité : fais-le à ta façon. Non, le missionnaire n’est pas pour moi, et c’est cool comme ça. Oui, j’ai une préférence pour le sexe oral, et alors? Il n’existe pas de manuel d’instructions sur le bon sexe. Réinvente le sexe pour qu’il fonctionne, quelles que soient tes limites, et tu auras découvert l’ultime secret.

J’ai grandi en accueillant ma différence physique. J’ai maintenant appris à embrasser ma différence sexuelle et à célébrer ces différences chaque fois qu’elles se rencontrent. Je suis convaincu que mon handicap a grandement stimulé ma vie sexuelle et je suis fier de l’écrire. Voici donc la leçon à retenir. Quelle que soit ta différence, aime-la… parce que c’est tellement plus agréable comme ça.

Cliques ici pour en savoir plus de la santé sexuelle et le handicap