Nous avons demandé à 7 jeunes personnes ce qu’être en santé signifie pour elles

Être en santé, qu’est-ce que ça signifie pour vous? Pourquoi est-il important d’inclure des jeunes dans les campagnes de santé sexuelle?

TOPAZA YU vit à Saskatoon, SK. Femme de couleur et qui a déjà été confuse au sujet de la santé sexuelle et de ses droits sexuels, elle se passionne aujourd’hui pour la déstigmatisation de la santé sexuelle des jeunes.

Je crois que la santé inclut non seulement l’aspect physique, mais également les émotions, le spirituel, le mental et l’environnement. Être en santé peut aussi signifier être aidé-e par des politiques et des pair-es qui nous encouragent à développer le meilleur de nous-mêmes. C’est aussi un cadre pour nous aider à atteindre le meilleur état de santé possible – par exemple, des politiques de santé publique au niveau macro, ou la promotion de l’importance de l’activité physique dans la communauté. Il est vital que les jeunes soient à l’avant-plan des initiatives de santé sexuelle, car cela continuera de faire connaître la valeur de leur implication et l’importance de leurs voix!

 

MYLES NAHAL est un étudiant universitaire de première année à Calgary qui est fier de s’identifier comme membre de la communauté LGBTQ2S+ et qui tente de la représenter dans toute sa diversité d’orientations sexuelles et d’identités de genre.

Être en santé, pour moi, signifie être confiant et stable dans mon état de santé mentale, émotionnelle et physique. C’est être capable de faire ce que j’aime sans me sentir freiné; c’est obtenir du soutien si j’en ai besoin.

Je crois qu’il est important que les jeunes deviennent des leaders, en santé sexuelle, afin d’abolir les stigmates et les obstacles qui empêchent des personnes de prendre soin d’elles physiquement, émotionnellement et mentalement. Les jeunes sont l’avenir; nous changeons la façon de voir le sexe, la pratique du consentement, la sexualité, le genre et les soins médicaux, et nous créons une ouverture aux discussions sur le sexe et sur les préférences individuelles, qui varient mais sont toutes valides.

 

JESSINY LY vit à Toronto; elle est passionnée par la santé sexuelle des jeunes.

Pour moi, être en santé, c’est être à mon meilleur. Des normes sont utiles à un certain point, mais il est vraiment important que la personne se sente à son meilleur. Beaucoup de normes n’établissent pas ce qu’il y a de mieux.

Je crois qu’il est important que les jeunes prennent des initiatives sur des enjeux de santé sexuelle, car c’est la génération la plus ouverte d’esprit et la plus réceptive. Les générations plus jeunes évoluent dans un milieu plus inclusif et plus informatif – elles ont donc l’occasion de transmettre ces connaissances et cette sensibilisation à d’autres personnes.

 

ALICE GAUNTLEY vit à Toronto sur le territoire des Premières Nations des Hurons-Wendat, des Pétuns, des Sénécas et des Mississaugas de la rivière Crédit. Lectrice avide et aspirante écrivaine, elle affectionne la fiction spéculative, les chats et le thé; elle est étudiante en santé publique à l’Université de Toronto.

« Être en santé » est une expression tellement chargée – une grande partie de l’information que nous recevons à propos de la « vie saine » peut sembler porteuse de jugements; de plus, elle incite les individus à faire des choix qui ne leur sont pas toujours accessibles. Ce n’est pas ce que signifie pour moi être en santé. Je crois que la santé est un concept qu’il revient à chaque personne de définir, mais aussi qui est relié à des systèmes plus larges, qui influencent les choix que nous pouvons réellement faire en matière de santé. (Mais c’est parfois aussi simple que d’aller me coucher!)

Je crois qu’il est important que des personnes de tous âges participent aux initiatives de santé sexuelle, car la sexualité est présente à toutes les étapes de la vie – mais les jeunes ont un rôle vital dans ce travail. Pour plusieurs d’entre nous, la jeunesse est une étape où nous découvrons beaucoup de choses de notre sexualité – nos désirs, nos valeurs, nos identités; il est encourageant de voir le travail de nos pair-es (éducation, plaidoyer, soutien ou autre) et stimulant d’y participer.

 

NAFISA RAHMAN est étudiant-e de premier cycle à l’Université de Toronto. Iel a accumulé de vastes expériences et connaissances en santé sexuelle grâce à son vécu et à son travail chez Planned Parenthood Toronto ainsi qu’au Centre d’éducation sexuelle de l’Université de Toronto. Outre la santé sexuelle et la justice sociale, Nafisa se passionne pour les animes, les chats et les mèmes!

Pour moi, la santé va plus loin que l’absence de maladies et de troubles physiques. Elle englobe tout le corps – y compris l’esprit et l’âme. Les aspects mental, émotionnel et physique ont un poids égal dans la santé globale; et ceci peut prendre une forme différente pour chaque personne. Les jeunes personnes sont à l’avant-garde de plusieurs mouvements – et les initiatives en santé sexuelle ne devraient pas faire exception. Les jeunes sont d’importants acteurs du changement social et je crois que leur présence aux premiers rangs stimule le changement en matière de santé sexuelle.

 

MAYA ADACHI-AMITAY fait un baccalauréat en études environnementales, à Toronto. Elle est impliquée auprès de divers organismes et initiatives, notamment en santé sexuelle, en arts communautaires et en environnement.

Être en santé, c’est se sentir à l’aise et en confiance sur les tous plans – physique, sexuel, mental, émotionnel et spirituel. Il est essentiel que les jeunes soient à l’avant-plan des initiatives de santé sexuelle, car cela permet de présenter la diversité des connaissances et de la sagesse qui découlent d’expériences et de passions personnelles. Cela permet d’inclure des enjeux spécifiques aux jeunes qui seraient autrement négligés dans le dialogue général sur la santé sexuelle.

 

DHRUHI SHAH, 23 ans, essaie encore de comprendre ce qu’est un profil biographique, outre le fait qu’elle est diplômée en travail social, se passionne pour le travail dans le domaine de la violence sexuelle, et vit Calgary.

Être en santé, c’est plus que survivre : c’est s’épanouir. C’est un état propre à chaque personne, qui dépend de divers facteurs et qui influence plusieurs aspects de notre vie. Les jeunes sont touché-es par les politiques sur la santé sexuelle, mais leurs voix sont souvent écartées ou ignorées. Les jeunes devraient être à l’avant-plan des initiatives de santé sexuelle, car rien ne devrait être fait à propos de nous sans nous.

 

Les expert-es de la santé sexuelle ci-dessus font partie du Conseil consultatif national des jeunes d’Action Canada pour la santé et les droits sexuels – un groupe composé de jeunes expert-es exceptionnel-les de la santé sexuelle, âgé-es de 15 à 24 ans, qui s’impliquent dans la promotion de la santé sexuelle et dans des efforts communautaires à travers le pays. Le Conseil guide la prochaine campagne nationale d’Action Canada pour la santé et les droits sexuels visant à accroître le dépistage des ITSS chez les jeunes et financée par l’Agence de la santé publique du Canada.