Plus d’outils de prévention disponibles

La nouvelle science nous donne davantage d’options pour prévenir le VIH.

À l’occasion de la Semaine de sensibilisation à la santé sexuelle et génésique, il est de circonstance de parler des incroyables progrès réalisés dans le domaine de la prévention de la transmission sexuelle du VIH.

Pendant environ 30 ans, les éducateurs sexuels nous ont inculqué que les condoms étaient la méthode de protection la plus efficace contre le VIH et les autres infections transmissibles sexuellement.

De nos jours, il existe cependant de nombreux autres outils dans la boîte d’outils de la prévention contre le VIH. En effet, la médication prise avant une exposition (PrEP) ou après une exposition (PPE) au VIH peut réduire le risque qu’une personne séronégative devienne infectée. De plus, le traitement peut réduire considérablement le risque qu’une personne séropositive au VIH transmette le virus. Enfin, des stratégies peuvent encore davantage réduire le risque d’infection lorsqu’elles sont alliées à une autre option de prévention.

Il est toujours bon d’avoir plusieurs choix, mais ces nombreux choix signifient aussi qu’il faut tenir compte de plus de facteurs.

La PrEP, ou la prophylaxie pré-exposition, consiste en l’utilisation continue de médicaments antirétroviraux par une personne séronégative en vue de réduire son risque d’être infectée par le VIH. Plusieurs études démontrent que l’utilisation quotidienne d’une pilule appelée Truvada comme PrEP (PPrE) peut réduire le risque de transmission du VIH lors des relations sexuelles anales ou vaginales. Par contre, si la pilule n’est pas prise régulièrement, elle est moins efficace.

La PPE, ou la prophylaxie post-exposition, consiste en l’utilisation de médicaments antirétroviraux par une personne séronégative pour réduire le risque d’infection par le VIH après une exposition unique au virus. La PPE doit être entamée le plus tôt possible (mais généralement dans les 72 heures) après une exposition et comprend la prise de médicaments tous les jours pendant un mois entier. La PPE ne doit pas être utilisée comme méthode courante de prévention de l’infection par le VIH, mais seulement en cas d’urgence.

Le traitement comme outil de prévention est un avantage secondaire du traitement antirétroviral (TAR), soit la médication utilisée par les personnes vivant avec le VIH. En plus d’améliorer la santé d’une personne séropositive, la TAR peut réduire la quantité de VIH (la charge virale) dans les liquides corporels d’une personne infectée par le VIH à des niveaux indétectables, ce qui peut réduire le risque de transmission du VIH lors de relations sexuelles anales ou vaginales. Plusieurs études démontrent que la TAR peut réduire le risque de transmission du VIH de plus de 90 % lorsqu’elle est utilisée correctement et de façon soutenue.

Il ne faut pas oublier que ces trois stratégies de prévention réduisent seulement le risque d’infection au VIH; elles n’ont aucun effet sur le risque d’infection à d’autres infections transmissibles sexuellement (ITS). D’ailleurs, étant donné que la présence des ITS peut accroître le risque de contracter ou de transmettre le VIH, il est important de subir régulièrement des tests de dépistage des ITS et (au besoin) de suivre un traitement afin de s’assurer que ces stratégies de prévention sont aussi efficaces que possible.

Pour réduire le risque d’infection à d’autres ITS, les condoms – tant les condoms externes (« masculin ») que les condoms internes (« féminin ») – demeurent la stratégie de prévention la plus efficace. Ceci ne signifie pas qu’ils sont parfaits pour se protéger contre les ITS ou le VIH. La recherche indique que de nombreuses personnes ont de la difficulté à utiliser les condoms de façon correcte, faisant en sorte que leur efficacité concrète contre l’infection au VIH, même lorsqu’ils sont utilisés de façon soutenue, varie de 70 à 80 %. Même si un condom est parfaitement utilisé, certaines ITS peuvent tout de même être transmises, car un condom ne recouvre pas toutes les parties du corps où peuvent se trouver ces infections. Toutefois, si un condom est utilisé correctement et ne se brise pas, ne glisse pas ou ne fuit pas, il n’y a alors aucun risque de transmission du VIH parce qu’il n’y a aucune exposition au virus.

Toutes les stratégies de prévention comportent leurs propres avantages et désavantages. Elles ont pourtant un point en commun : aucune d’entre elles n’est efficace si elles ne sont pas utilisées correctement et de façon soutenue. L’efficacité d’une stratégie de prévention en particulier peut varier d’une personne à une autre, il est donc important de choisir les outils qui conviennent le mieux.